Магазин инструментов

+38 (xxx) xxx-xx-xx

+38 (xxx) xxx-xx-xx

Pour Une Reforme Du Credit A La Consommation

Pour Une Reforme Du Credit A La Consommation

Agissons pour une réforme profonde du crédit à la consommation en France

Il est très compliqué de s'imaginer la façon dont pourraient avancer nos sociétés si l'emprunt disparaissait. Ceci est compréhensible, vu qu'aucune autre solution fiable et durable ne soit encore capable de se généraliser à l'ensemble de la société. Contester le principe du crédit revient à désavouer ce qui a fait la réussite de nos grandes compagnies, de nos politiques sociales ou encore, ce qui a permis à de nombreuses personnes d'acquérir leur maison ou appartement. Si le propos n'est pas de remettre en cause le principe même de l'emprunt, la généralisation du crédit à la consommation et ses conséquences catastrophiques Lire cet article sur la reserve d'argent les ménages est cependant un phénomène beaucoup plus alarmant.

De l'emprunt traditionnel et productif au prêt revolving généralisé

Il y a des projets qui doivent faire appel au crédit de la banque pour leur concrétisation (création d'entreprise, événements, développement, achat d'un appartement etc.). Le prêt personnel est bien sûr très sollicité quand il faut financer une automobile, des rénovations ou des études supérieures. Quand il sert des buts utiles et productifs, le principe même du crédit n'est pas à blâmer. Il suffit pour le demandeur de présenter des éléments prouvant sa bonne situation financière et la solidité de son dossier pour se voir accorder un prêt par une banque. Ceci dit, les crédits de type revolving (appelés aussi « réserves d'argent ») sont les plus ruineux dans les familles. D'abord par leurs TAEG très élevés, mais surtout à cause de leur mode de fonctionnement (réserve d'argent reconstituée au fur et à mesure des mensualités) qui a pour conséquence de créer un engrenage difficilement surmontable. Les emprunteurs en font généralement usage pour acheter dans les commerces grâce à une carte assortie, ou alors pour toujours avoir une réserve de disponible en cas d'imprévus. Avec cette carte, le consommateur peut être tenté de faire des achats compulsifs à cause de cette réserve qui lui donne l'illusion d'avoir constamment de l'argent. Il n'existe actuellement aucune réglementation communautaire efficace sur les crédits à la consommation, les établissements de financement peuvent donc imposer les taux et les conditions qu'ils désirent. Quelqu'un devra pourtant mettre un terme un jour à cette pratique.

En guise d'alternative, les maisons de crédit pourraient proposer des offres plus classiques et surtout beaucoup moins coûteuses.

Soutenir le crédit en favorisant des relais de distribution alternatifs

Si le crédit revolving devait disparaître, il est fort à parier que ce soient les grands magasins et les e-commerçants qui en pâtiraient les premiers. Pour s'équiper en télévision, électroménager ou ameublement, beaucoup de clients ont recours au crédit renouvelable. Le soucis c'est que les organismes de crédit pourraient décider de ne pas proposer autre chose, par exemple le fait de remplacer la réserve d'argent par un prêt personnel de faible montant.
En cas de blocage, il faudra rapidement trouver d'autres canaux de distribution.

Dans cette idée, nous pourrions imaginer que le gouvernement accompagne des professionnels du monde de la distribution (grande, petite et en ligne) pour le développement d'un organisme de crédit de « métier ». Cette structure pourrait proposer des prêts personnels avec un montant maximal limité et dont le TAEG serait plafonné par décret. Sa gestion pourrait être confiée à une entreprise semi-privée ou alors par un appel d'offres à une société spécialisée et les administrateurs décideraient eux-mêmes de la politique commerciale à suivre. Si les grandes surfaces et les syndicats de commerçants acceptent de prendre part à cette nouvelle donne du micro-prêt personnel, chaque client pourra alors demander une carte de paiement spécifique pour payer ses achats (à condition toutefois que son dossier ait été accepté par l'organisme). Ainsi, les participants à ce système posséderont leur propre outil de financement.

Autre solution, favoriser le développement du crédit entre particuliers en mettant en place une plateforme officielle d'intermédiation. Le but est de connecter d'un côté des épargnants recherchant un placement intéressant avec, de l'autre côté, des demandeurs qui souhaitent financer un projet précis. Le taux appliqué à l'emprunteur correspondrait au rendement du capital de l'investisseur. La création d'une telle plateforme est largement réalisable au niveau technologique. Toutefois, et pour que le grand public adhère au concept, une importante campagne de communication devra être menée.


La troisième voie serait que l’État mette en place de lui-même une banque publique spécialisée dans le prêt à la consommation. Le principal argument serait que les capitaux soient immédiatement ré-injectés dans l'économie marchande au lieu d'être utilisés dans un but de spéculation sur les marchés.
Вы здесь: Главная Pour Une Reforme Du Credit A La Consommation